Rapport du Parlement européen sur la Turquie

Cet article traite du rapport du Parlement européen sur la Turquie, adopté par la Commission des affaires étrangères. Le rapport souligne la nécessité de développer un format "réaliste" plutôt que des négociations d'adhésion à part entière entre la Turquie et l'Union européenne. Il aborde également des sujets tels que le gel des négociations depuis 2018, le soutien aux réfugiés et à la reconstruction après les séismes, les relations entre Ankara et Bruxelles, la proximité de la Turquie avec la politique étrangère et de sécurité commune de l'UE, ainsi que la demande de réformes en matière de droits démocratiques et de respect de l'état de droit.

Jul 18, 2023 - 20:28
 0  6

```html

Rapport du Parlement européen sur la Turquie

Le rapport du Parlement européen sur la Turquie a été adopté aujourd'hui lors de la réunion de la Commission des affaires étrangères. Le rapport demande le développement d'un format "réaliste" plutôt que des négociations d'adhésion à part entière entre la Turquie et l'UE.

La Commission des affaires étrangères du Parlement européen a demandé de surmonter l'immobilisme actuel dans les négociations d'adhésion entre l'Union européenne (UE) et la Turquie et de développer un format "réaliste" plutôt que des négociations d'adhésion à part entière entre Ankara et Bruxelles. Les membres de la Commission des affaires étrangères qui ont examiné le rapport sur la Turquie ont voté en faveur de ce dernier par 47 voix. Il a été noté que 10 membres se sont abstenus et aucun vote négatif n'a été enregistré.

Le rapport sur la Turquie souligne qu'à moins qu'il n'y ait un changement radical dans l'orientation politique du gouvernement turc, les négociations d'adhésion à part entière avec l'UE ne pourront pas reprendre. Le rapport approuvé par la Commission demande à la Commission européenne de chercher un nouveau modèle pour les relations entre Ankara et Bruxelles, plutôt que de reprendre les négociations d'adhésion qui sont actuellement gelées, et de faire ainsi une demande en faveur d'un nouveau format.

Le soutien à la Turquie concernant les réfugiés et la poursuite de l'aide à la reconstruction du pays après les séismes a été recommandé par les parlementaires. Le rapport souligne également que la Turquie est un partenaire important dans des domaines tels que la sécurité, le commerce, les relations économiques et la migration, tout en demandant à Ankara de respecter les valeurs démocratiques, l'état de droit et les droits de l'homme, ainsi que de reconnaître les principes fondamentaux de l'UE.

Les relations entre l'UE et la Turquie sont gelées depuis 2018 en raison de la détérioration de l'indépendance judiciaire, des droits démocratiques et des libertés, ainsi que des droits de l'homme en Turquie.

Proximité avec la politique étrangère et de sécurité commune de l'UE

Le rapport souligne l'appréciation du soutien de la Turquie à la condamnation de l'agression de la Russie envers l'Ukraine lors de l'Assemblée générale des Nations Unies, tout en exprimant sa tristesse face à la non-participation de la Turquie aux sanctions contre la Russie. Il souligne également que la part de la Turquie dans la politique étrangère et de sécurité commune est la plus basse de tous les temps, à seulement 7 %.

Nacho Sanchez Amor, le parlementaire qui a rédigé le rapport sur la Turquie, a déclaré : "Nous avons récemment constaté l'intérêt du gouvernement turc pour la relance des négociations d'adhésion avec l'UE. Cela ne peut être réalisé que si la Turquie s'efforce sincèrement d'arrêter le recul des droits fondamentaux et de l'état de droit, et non par le biais de marchandages géopolitiques. Si la Turquie est sincère dans sa volonté de relance, elle doit le démontrer par des réformes concrètes et des actions".

On s'attend à ce que le rapport sur la Turquie soit discuté lors de la session de septembre du Parlement européen.

```

What's Your Reaction?

like

dislike

love

funny

angry

sad

wow